Quelles sont les indications de l’Hypnothérapie ?

Quelles sont les indications de l’Hypnothérapie ?

En pratique, tous les domaines de la vie peuvent tirer bénéfice de l’hypnose, puisqu’elle est en fait une « clé d’accès » à nos capacités naturelles… Seules les personnes diagnostiquées par la psychiatrie « paranoïaques », « psychopathes » ou « pervers » représentent des indications « discutables », précise le dr Jean Godin. Une prise en charge resterait possible en institution spécialisée…

Donc, sauf si vous avez une fragilité de ce côté-là (tendance à la dissociation psychologique), vous pourrez profiter des avantages de l’Hypnose.

Bien sûr, inutile de préciser qu’en cas d’urgence médicale : si vous vous fracturez un bras, si vous faites une attaque virale, un infarctus, si vous vous empoisonnez, si vous avez une crise d’appendicite ou si encore simplement la grippe vous immobilise au lit : consultez un médecin ! Tout cela sort du champ de la psychothérapie.

Dans de tels cas, purement physiques, l’hypnose pourrait certes vous aider à recouvrer la santé, mais plus tard. Elle ne sera évidemment pas le soin immédiat pour ces maux d’ordre « mécanique », qui touchent uniquement au corps, sans connotation psychologique ou psychosomatique.


LISTE NON-EXHAUSTIVE DES CAS TRAITES AVEC SUCCÈS PAR L’HYPNOSE

« classique », « éricksonienne », « nouvelle », suivant la littérature spécialisée.

Phobies de toutes sortes, traumatismes : accident, décès, divorces… dépression exogène, anxiété, crises de panique, stress et mal-être, migraines, insomnies, cauchemars, troubles obsessionnels et du comportement, paralysie, cécité, surdité, aphonie, amnésie, dysphagie, tics, hoquet, bégaiement, préparation préopératoire, accouchement sans douleur, dentisterie, analgésie, anesthésie et suites postopératoires ; lutte contre la douleur : chronique, examens médicaux pénibles, cancer, grand brûlé… soutien durant le traitement médical du cancer et autres graves maladies, ichtyose, hémophilie, herpès génital ou labial, leucémie, diabète, vaginisme, frigidité, anorgasmie, dysménorrhée et aménorrhée, impuissance, éjaculation précoce, infertilité, énurésie, coprorésie, rétention urinaire, pollakiurie, excès de poids, onychophagie, boulimie, anorexie, toxicomanie, tabagisme, alcoolisme, maladies de la peau : névrodermite, psoriasis, prurit, verrues, acné, zona, eczéma, urticaire, calvitie… allergies ponctuelles ou chroniques, asthme, hypertension artérielle, problèmes de vue, troubles gastro-intestinaux, problèmes de croissance (taille, seins),syncopes, maladie de Raynaud, hyperhydrose, personnalité fractionnée, procrastination, hypocondrie, manque de confiance en soi, entraînement à la concentration, à la performance : sport, études, examens, réorientation professionnelle ou personnelle, prise de décision importante, dilemme, etc.

On peut ajouter à cette liste les indications de l’Hypnose Humaniste, moins « mécaniques » et p lus psychologiques :

Soutien psychologique des maladies graves, type cancer (toujours en complément du traitement médical), les problèmes d’ordre physique à répétition et de cause inexpliquée (céphalée, mal de dos, mycoses, cystite et autres somatisations), les effets du patriarcat (femmes qui se sous-estiment, qui n’ont pas de goût à la vie, qui restent en arrière-plan, derrière leur mari, qui souffrent de non-reconnaissance, etc.), les problèmes d’identité (y compris d’ordre sexuel), les femmes trop «  solaires  » (coupées de leur féminin) et les hommes trop «  lunaires  » (coupés de leur masculin), mal-être existentiel, tristesse ou sentiment d’impuissance chronique, sensation d’être dissocié, coupé du corps, de ses émotions et sentiments, excès d’esprit d’analyse, loyautés familiales, rancœur, deuil, être (ou se croire) toujours victime, prisonnier d’une situation, critiqué ou jugé par les autres, timidité, agressivité, colères, hyperactivité, besoin de multiplier les relations affectives sans lendemain, peur de l’abandon, tendances suicidaires, dialogue intérieur négatif dévalorisant, rabaissant, impossibilité de construire un couple ou de maintenir un couple, problèmes de couple, infertilité psychologique, échecs personnels ou professionnels à répétition, sensation d’être transparent, inintéressant, trop grande naïveté, crédulité, pessimisme, sentiment d’injustice, sentiment d’infériorité, dépression endogène, besoin de trouver sa voie, manque de créativité, perte du goût de la vie, excès d’attente par rapport aux autres, besoin excessif d’attirer l’attention, etc.

Il ne s’agit donc pas de savoir « dans quels cas appliquer l’Hypnose », mais plutôt « comment appliquer l’Hypnose dans le cas qui me concerne ».

Si vous êtes en recherche d’un/e hypnothérapeute, consultez l’Annuaire IFHE.